Par-delà l’idée, la pensée, une existence

Le suicide, acte faisant toujours suite au sentiment de dégout de soi, est la négation de la vie, un signe de faiblesse et de perte d’identité. Loin d’être une emprise sur son propre destin comme étant maître de soi, c’est une déclination de l’invitation à être humain. L’humain, on le devient avec le temps, et l’espace que nous occupons forge la personnalité et lui donne une forme finale : une identité humaine. L’humain est la force qui fait mouvoir l’humanité.
Il pourrait y avoir deux façons de considérer notre existence et son objectif. Soit on vit pour quelqu’un, soit on vit pour soi. Des deux, il me semble que la première nous entraine vers le néant : exister pour l’autre n’est autre que faire exister l’autre par l’effacement et l’anéantissement de soi ; et vivre pour l’autre, c’est mettre fin à sa propre vie. Lire plus

Publicités