Par-delà l’idée, la pensée, une existence

Le suicide, acte faisant toujours suite au sentiment de dégout de soi, est la négation de la vie, un signe de faiblesse et de perte d’identité. Loin d’être une emprise sur son propre destin comme étant maître de soi, c’est une déclination de l’invitation à être humain. L’humain, on le devient avec le temps, et l’espace que nous occupons forge la personnalité et lui donne une forme finale : une identité humaine. L’humain est la force qui fait mouvoir l’humanité.
Il pourrait y avoir deux façons de considérer notre existence et son objectif. Soit on vit pour quelqu’un, soit on vit pour soi. Des deux, il me semble que la première nous entraine vers le néant : exister pour l’autre n’est autre que faire exister l’autre par l’effacement et l’anéantissement de soi ; et vivre pour l’autre, c’est mettre fin à sa propre vie. Lire plus

Publicités

La Psychothérapie Préventive

Il y a deux mois, j’ai reçu un couple et leur fils en consultation pour une évaluation de l’aptitude cognitive de ce dernier. Après une batterie de huit tests donc trois pour son âge et cinq allant jusqu’à cinq ans d’âge, ce petit garçon de quinze mois a rehaussé le record en aptitude mnésique, et ses compétences cognitives étaient des plus remarquables pour son âge. Ayant l’impression de voir la mère pleurer par incapacité à contenir sa satisfaction et son émotion pour avoir mis au monde un enfant surdoué après que je lui ai fait remarquer que son fils était intelligent, doté d’une capacité intuitive très affiné, d’un pouvoir de déduction des plus inimaginables pour moi qui suis au contact d’enfants de cette tranche d’âge, et de surcroit qu’il était beau… (ce qu’elle savait déjà), elle me fit comprendre (après que j’ai confirmé ses attentes), timidement par une voix empreint de lamentations : « je ne pleure pas!… (Silence), je pleure pour avoir pensé à avorter de lui ». Lire plus

La réflexion: une remise en question des acquis

Toutes les belles réalisations qui s’offrent en spectacles à nos sens, qui nous fascinent et qui font naître en nous de la bonne humeur et une euphorie de gaieté ont été des œuvres qui, à la base, ont bénéficié d’une réflexion (re-flexion). La réflexion, contrairement à la conception commune, n’est pas à réduite à la seule activité mentale, au domaine des idées et de l’abstraction ; la réflexion est tout autre et se définie par elle-même ; c’est oser remettre en question les acquis. Elle fait appel à la réplétion d’une idée, au retour permanent à l’essence ou à l’essentiel par un recyclage d’elle-même pour se parfaire par expansion. Lire plus

Un épisode d’une journée normale

Hier, au sortir d’une conférence que j’ai dite dans la salle de conférence de l’ICM (Institut du Cerveau et de la Moelle épinière) de La Pitié-Salpêtrière, une discussion-débat portant sur le rapport entre l’intelligence et l’exigence de l’existence en marge de l’actualité sur la fin de vie qu’a suscité l’affaire Vincent Lambert, conférence que d’ailleurs je vous ferez découvrir dès que je l’aurai retranscrit et affiné, je me suis arrêté à la librairie WHSmith qui est situé non loin du « Musée du Louvre » et du « Jardin des Tuileries », pour prendre un café avec des copains, une des rares librairies et des plus anciennes à présenter la littérature anglaise à Paris, je suis tombé sur « When Things Fall Apart ». Ce livre à titre très évocateur qui n’apparait pas seulement sous la plume de Pema Chödrön, est tout un programme de vie dans un monde fait de peur, d’impatience et de déshumanisation. Lire plus

Bienvenue

Une voix qui porte du sens à travers la voie qui a donné naissance à la pensée, un chemin qui ne peut être « compris » que quand on l’a soi-même frayé et tracé, l’ayant parcouru d’un bout à l’autre en ayant arpenté ses reliefs, modelé ses marges et adouci ses irrégularités au point de se (con)-fondre au chemin comme étant le chemin, telle est le vrai sens enfoui dans cette démarche qui nous pousse tous les jours à la découverte de la pensée, de la philosophie ; C’est « Elle » qui nous propose une direction aujourd’hui. « Elle », c’est aussi le chemin qui ne mène nulle part, par une marche statique. Lire plus